Publie le : 2018-01-11 21:47:45
Par : Carlile Max Dominique CERILIA


Ne faites pas la tête quand ce jour git. Ou, quand vous verrez l’année courir à sa fin, juste
parce que vous savez, qu’en début janvier, des souvenirs noirs vont remonter à la surface de la
mémoire.
Aujourd’hui encore, 104 ans après, l’Europe rend hommage aux victimes de la première
guerre mondiale. Je ne parle pas de ceux-là qui pressaient sur la détente pour s’entretuer
mutuellement, je parle de ceux qui tombaient innocemment sous le simple effet d’un petit
geste d’index. Le 12 janvier 2010, la terre a simplement secoué son dos pour basculer plus
d’un million de gens dans l’horreur. Maintenant, 8 ans après, que faut-il faire pour éviter
qu’un chaos ne se reproduise au même rythme, voire plus ample ?
Diminuer les dégâts est le mieux qu’on puisse faire dans ces situations. La terre agit toujours
de son propre chef. Personne pour lui dicter quand, ni comment faire sa besogne. On ne peut
que sentir venir le drame suivi d’un nuage d’indices qui ne vous dictent pas la seconde pile où
ça va frapper, pourtant, là où on accorde de l’importance à ce qui se passe en dessous de terre.
La technologie est un sujet tabou en Haïti. On a plutôt tendance à contacter les dieux pour
confronter à nos problèmes, alors que Dieu nous a remis, en main propre, notre responsabilité
depuis Eden. Un tremblement de terre, comme toutes autres catastrophes naturelles, est une
routine logique de la vie de notre vieille planète. Il faut y faire face quoi qu’il en coute.
Demain, ne vient pas pleurer les victimes de la terre, car lui aussi a sa responsabilité d’exister.
Demain, haïtiens de toutes les contrées du monde, dites-vous donc que c’est l’heure d’être
responsable, envers vous, ainsi qu’envers votre environnement. La terre ne tue pas 300 000
personnes d’un seul coup de colère, c’est la promiscuité de nos villes qui tue.
Un vieux dit créole dit : « Ranje kabann ou, avan dòmi nan je w » ; ce qui traduit en français :
Ne laissez pas pour demain, ce que vous devez faire le jour même. Que valent ces paroles si
ce n’est que pour franchir les lèvres de gens qui ne savent en déduire le sens ?
Le jour du 12 ne devrait être celui du deuil national pour nous, mais en partie, un bilan, une
réflexion sur notre passe, présent et futur…
L’Europe a été reconstruit après deux guerres mondiales et le monde évite pas 100 000
contrats et négociations diplomatiques qu’une autre guerre mondiale ne l’anéantisse de
nouveau. Si nos jeunes fuient Haïti, ce n’est pas qu’ils l’ont à l’horreur. Ils ne fuient pas une
dictature de fer, mais une démocratie trop molle. Trop molle pour élever sa tête et dire Non !
à une barbarie politique qui tienne le pays par la gorge et lui empêche de respirer.
Pas nécessaire que je déballe en longue liste nos obligations ici. On en a assez entendu, cette
chanson, nous la connaissons par cœur. On en a aussi assez pointé du doigt un tel pour lui
laisser toute la charge d’environ 12 millions de gens, sur le dos. Là, je ne déresponsabilise pas
ceux qui sont en place de donner l’exemple. A chacun sa part du jeu… pas du gâteau…

Rousseau croyait que la société corrompe les bonnes mœurs. Moi, je crois au simple fait que
l’homme possède l’immense capacité de changer son environnement et sa réalité, à sa
convenance et pour son bien, s’il agit en vrai responsable. Faites en sorte qu’un autre
tremblement de terre, dans 10 ou 20 ans, ne nous retrouve plus vulnérable que 12 janvier. Car,
il semble évident, qu’on en a trop peu fait pour empêcher cela !

Carlile Max Dominique CERILIA
radioteleinedit.com



BIOS (Bloc D'innovateur Pour L'optimisation d'un Systeme)

Veuillez Nous Contacter pour toutes les services Informatique (Création de site internet, Création d'application bureautique et Mobile, Maintenance etc...)

Visiter Notre Site Web